livre-1Découvrez le dernier livre d’Éric DARCHE incontournable et saisissant qui vous permettra de revenir aux sources et aux fondamentaux : "L’hygiénisme et l’alimentation vivante" (37 Euros) - En vente exclusive sur regenerescence.com : cliquez ici

Pour endiguer les dérives que l’on peut constater dans notre société sur le plan nutritionnel, écologique, environnemental, il semble utile d’avoir recours à de véritables connaissances scientifiques, mais aussi à l’expérience, au bon sens, à l’observation et à la sagesse…L’hygiénisme authentique par ses connaissances, concepts et valeurs, favorise le respect de tous les processus liés à l’expression de la vie sous toutes ses formes ; que celle-ci concerne l’être humain ou son environnement comme la faune et la flore.

Viande rouge = maladie ?

Publié dans Dossiers du mois

Juillet 2013

viande-rougeManger un peu de viande régulièrement d’origine biologique n’est pas synonyme de mauvaise santé, bien que l’on puisse s’en passer totalement avec un régime alimentaire bien équilibré. Cependant de plus en plus apparaît des informations mettant en garde à propos de la consommation de viande rouge. Cela est-il justifié ?

Différentes études montrent le lien entre l'augmentation de la consommation de bœuf et l'augmentation du cancer du côlon. Cela peut-il s'expliquer ?

Plusieurs mécanismes peuvent être proposés.

Selon le Docteur Jean-Marc Dupuis, la viande de bœuf pourrait contenir des virus résistant à la cuisson. Ces virus associés aux nitrosamines cancérogènes générés au moment de la cuisson favorisent des processus infectieux. Tous cela peut contribuer à la genèse de cancer.

Ceci étant dit la présence de virus n'est pas forcément indispensable à la promotion de cancer. L'inflammation provoquée par certains produits née de cuisson excessive peut en favoriser la promotion.

Le Docteur Jean-Marc Dupuis précise qu'une autre cause de cancer pourrait être le fer héminique contenu dans la viande rouge, donc celle du bœuf mais aussi le veau, l'agneau, le porc, le canard, l'oie, le lapin, le cheval et les abats. Le fer oxyde les cellules, l'ADN, les lipides et les protéines intracellulaires, ce qui a la longue semble favoriser l'émergence de cancers.

Les conditions de productions intensives de la viande grâce à de la nourriture riche en additif de synthèse influence inévitablement sur la qualité du produit final.

Il semble raisonnable si l'on souhaite tout de même consommer un peu de viande régulièrement de ne pas dépasser 300 grammes par semaines, soit deux steak hachés ou une grosse portion au restaurant selon Jérémy Anso du site de nutrition " Dur à Avaler" et cité par le Docteur Jean Marc Dupuis.

Eric Darche
Naturopathe spécialisé en nutrition.
Tél : 04 42 96 33 18.

© images : www.carevox.fr

Copyright / Eric Darche / Tous droits réservés /  Reproduction interdite sauf autorisation préalable.